Thérapie – Notes (suite et fin?)

Ça fait du bien d'en parler.

- Ça fait du bien d'en parler.

L'œnographe

N'est pas venu que pour déboucher des ombres.

L'histographe

Te raconte sa vie avant, pendant et après le shooting. Mon dieu, qu'il est chiant.

Le zébulographe

Il part dans tout les sens, mais ne va pas vraiment bien loin.

Le chucknographe

Il arrive à faire des auto-portraits de plein pied sans trépied et sans retardateur, et même sans flash la nuit tellement c’est un mec brillant.
Pour dire, il a appris à Niépce les principes de base de la photo.
Comme le héros de la série américaine qu’il a inspiré avant même d’être né, il est très souvent accompagné d’un ou deux acolytes de seconde zone, histoire de paraître plus balaise (grâce à la fameuse loin de la relativité).
Ne cherche surtout pas à avoir raison face à lui, malheureux, tu risquerais de te prendre un ura-mawachi entre les 2 yeux.

Le stivostinographe

Avec sa belle sœur et son cousin Kevin, ils ont claqué 3 milliards pour s’équiper de matos stabilisé. À eux trois, il vont sauver le monde, que dis-je, l’univers de la photo, et remonter un peu le niveau. Enfin!!

l’hermitographe

A décidé de s’isoler dans les montagnes pour se ressourcer et retrouver un peu d’inspiration. Il est tombé amoureux de la nature qui l’entoure et aimerait beaucoup l’enrichir de visions sensuello-mystico-artistiques. C’est une rêveur…
Bien malgré lui, il est un peu passé par tous les stades de la pathologie du xxxxxgraphe.
Pour essayer d'avancer, il consulte régulièrement une thérapeute, qui lui renvoie une image de lui à faire pâlir un flanc nature.
En plus, elle prend cher cette s…..spécialiste des troubles du comportement.
Heureusement, il est bien entouré.

Le xerographe

Son truc, c’est la copie. Mais en moins bien.

Le walkingdeadographe

Lui, il pense trop à ses photos, passe de trop longues heures dans le noir à faire des retouches, et devrait bien penser à prendre une bonne douche et changer de tshirt de temps en temps, parce que là, ça commence à sentir l'au-delà...

L'internatiographe

Il a shooté à Vintimille, du coup, sur sa carte de visite, c'est écrit International Photographer.

Le paragraphe

Habillé comme un commando marine, du matos planqué dans ses poches à velcro, le para va te shooter sans état d'âme, trop concentré à sentir la testostérone ruisseler dans ses veines, et à jouir de cette sensation divine de maîtriser au millimètre près la profondeur de champ qui donnera à sa photo cette touche professionnelle.
Sous son pantalon (vous savez, avec les poches à rabat, sur les côtes), un boxer short 100% coton bien costaud, histoire de contenir les effets secondaires des afflux sanguins et pas que. Ce mec-là, il prend vraiment son pied.

De celles qui ont parfois une page officielle.

Je m'excuse par avance du manque de profondeur des définitions suivantes...Avec ma thérapeute, on a plutôt orienté la séance dans l'autre sens. Mais bon, j'ai quand même réussi à en identifier quelques unes.

L'éphémèle

Sa carrière dure tout au plus une journée.

La duckfaycèle

Heu…Elle est encore ouverte la chasse au canard?

La pakonfiencenèle

Elle mérite toute notre bienveillante attention.

La ceinturébretèle

Elle est prête à faire du nu, caché, de dos, lumière tamisée, avec un voilage. Mais on verra le moment venu si il y a un feeling…et les photos seront dans un album protégé par un mot de passe.

La sahenvoidupatèle

Appartient à la même classe que la balancelapurèle et la défonslamortadèle. Mi-charcutière, mi-lanceuse de javelot, elle envoie plein de trucs pendant ses shoots (avant et après aussi, parce qu’elle a du stock).

Elle intériorise beaucoup ce côté charcutaille qui vole, parce que nous, à l’extérieur, on attend toujours, armés de bon pain croustillant...mais on ne voit pas venir le dît pâté…

D’ailleurs, si tout jamais ça finit par venir, tu ne veux pas aussi envoyer quelques cornichons?

La freelançoficièle

Elle est inscrite en agence, mais reste free-lance (vu que l'agence la positionne sur que dalle), officielle pour ne pas être confondue avec les autres (vue qu'elles ne se démarquent pas entre elles), professionnelle car elle se fait rémunérer/défrayer/accompagner/community manager...
Si tu lui propose un vrai job avec contrat (de travail) au taux officiel défini par l'URSSAF, elle t'enverra sûrement ch..., parce qu'en réalité, elle ne se déplace pas pour moi de 300 balles pour lesquels tu n'auras même pas une facture (vue qu'en fait, elle n'est pas vraiment déclarée) (+ frais de déplacement).